Développer sa marque Employeur : la nouvelle donne des RH

On nous parle des générations Y et Z comme des empêcheuses de travailler en rond. En effet, ces nouveaux arrivés/arrivants dans le monde du travail ne considèrent plus la valeur "Travail" comme centrale, comme le firent les générations précédentes. C’est une vraie rupture qui s’est opérée ces dernières années avec le lot d’incompréhension qui s’en est suivi.

Leur regard, plus critique, s’exerce sur les discours managériaux, motivationnels, axés sur la performance, auxquels ils ne sont pas sensibles. Ces nouvelles générations veulent une relation gagnant/gagnant avec leurs employeurs, conscientes de la précarité d’un contrat de travail, de la pression toujours plus forte sur les compétences, elles sont actrices de leurs carrières et comptent sur les entreprises pour les y aider.

Par ailleurs, la dimension relationnelle est prépondérante chez ces ultra-connectés. Ils aiment travailler en réseau, sont sensibles à l’ambiance de travail, sont en demande d’une relation de proximité avec leurs managers et d’un vrai feed-back de leur part. Tout décalage entre une image d’entreprise véhiculée dans les médias et les pratiques en interne est immédiatement sanctionné. Ils recherchent de l’authenticité et sont prêts à s’investir dans les entreprises qui tiennent leurs promesses.

Leur comportement oblige les entreprises à se poser la question de leur relation avec leurs collaborateurs. Elles doivent manager différemment pour fidéliser les équipes, communiquer différemment pour attirer les talents, repenser leur offre RH pour attirer et fidéliser. Mener cette réflexion pour définir ce que l’on appelle sa marque employeur, c'est-à-dire la promesse faite à ses (futurs) collaborateurs, afin de s’adapter à cette nouvelle donne imposée par les jeunes générations.